Raphèle & Moulès dans les journaux...

La Provence le dimanche 15 mars...le projet de réhabilitation du centre sera repensé...

LP-2015-03-15-Moules-reunion-public

Sur le gazoduc Eridan, Denis Sgherri a reporté des problèmes majeurs identifié par la commission :   « Pour faire ce gazoduc, on va creuser une tranchée qui va faire plus de 6 mètres de profondeur, avec 3m de large qui va traverser plus de 50 hectares de prairies moulésiennes, et donc, on se préoccupe de la nappe phréatique qui sert environs 300,000 personnes. On se demande s’il y aura de l’eau demain ! La nappe phréatique de la Crau est la plus grande de Europe et elle est alimentée par le canal et l’irrigation de l’haute Crau qui va être enterré, alors on dit il y aura déjà plus d’amener d’eau sur la nappe et deuxièmement, ça peut perturbée parce que ça peut polluer !

En plus, il y a le canal de l'haute Crau qui sera coupé et il n’y aura plus d’irrigation sur environs 1500 hectares de prairies. Ce sera plus possible d’irriguer ces prairies gravitairement, donc et nous nous allons retrouvés avec un paysage sec de la Crau : comme on rencontre entre Fos et après la Chapelette… ça veut dire des cailloux !

Nous sommes aussi concernés par le futur de notre aqueduc Gallo-Romain. Ce gazoduc va passer dessus, ou dessous, l’aqueduc, qui est enterré. Donc, à l’heure actuelle, on fait une demande que cet aqueduc soit reconnu et classé comme un monument historique.

Ce gazoduc va aussi imposer des contraintes environnementales, sachant que le tracé va prendre trois mètres de tranché et, dans un premier temps, de chaque coté il y a prévu 35m de terrain de servitude. Ce qui est caché au départ, c’est qu’une fois que le tuyau est enterré, la bande de servitude, va monter à  650m de chaque coté, ça veut dire plus de 1300m! Alors, on voir mal comment on va pouvoir défendre les agriculteurs dans ce cas là, ni les maisons qui vont être à proximité de ce gazoduc. On ne peut plus construire, on n’a plus le droite de faire ce que l’on veut dans cet espace là ! Ils vont remplier les tranchés avec du terre argile, que va nous empêcher de planter des arbres ! La partie de l’haute Crau deviendra une espace vierge.

Jusqu'à maintenant ce projet de gazoduc était considéré nécessaire dans l’intérêt publique, mais on peut, dans les six mois, dénoncé le protocole qui a été défini. Alors, il faut le faire rapidement.  Nous demandons que Monsieur Le Maire prend la décision de dire maintenant qu’on a des problèmes majeurs qui concernent pas seulement les agriculteurs mais toute de la parti commune de Moulès !

Monsieur Le Maire, nous aimerons savoir qu’ elle est votre attitude, car jusqu’au présent, nous n’avons rien entendu que quelqu’un nous a compris. Michelle Vauzelle est au courant mais il ne nous répond pas, Monsieur Raphaël est au courant, vous êtes au courant, Monsieur Masson est venu et il a bien constaté les dégâts que ça pourra faire. Une proposition à été proposée à déplacer le tracé hors prairie et la mairie d’Arles n’a rien fait pour cela ! »

Monsieur Schiavetti à répondu « Je vais m’approcher au président de l’Intercommunalité pour essayer de faire un sort d’avoir des positions qui soit rapprochées à celles de la commune. On va aussi saisir la Fédération de la Chambre de l’Agriculture pour voir si leur position est solidaire avec vous. Si c’est le cas, ça va permettre reposer à la déclaration d’utilité publique la question relative à l’utilité de cet équipement. On va réunir le groupe de travail communal que l’on a constitué avant, pendant et après les élections pour pouvoir essayer d’en faire une sorte que l’on fasse partagé les éléments avec nos collèges du Conseil Municipale pour voir si on peut avancer sur les mesures de protection.

Concernant la protection archéologique de l’aqueduc Gallo-Romain, aujourd’hui les participants à ce projet aux Marais de Vigueirat sont en train de développer un plan de protection de l’aqueduc. Pour le montrer comme une des premières formes de la civilisation et de la protection de l’eau et de la protection des canaux.

Nous sommes globalement très réservés sur le projet du gazoduc, on souhaite que l’état soit peut-être un peu plus intervenant sur le dossier parce que crois qu’on doit revient à un examen plus précis sur les conséquences de ce projet ».

Ce site est partenaire avec :


Powered by JS Network Solutions